Qu’est-ce qu’un biofilm ?

Après avoir expliqué ce qu’est une bactérie, il est temps de s’intéresser à leur vie en communauté. Nous nous intéresserons également à la formation du biofilm, et aux problèmes que ce « voisinage » engendre dans les milieux à hygiène contrôlée.

De la bactérie au biofilm

Nous l’avons vu précédemment, les bactéries sont des organismes unicellulaires différents des cellules mammifères, et plus fragiles, car elles ne possèdent pas de noyau pour protéger leur matériel génétique. Néanmoins, elles ont su compenser cette faiblesse par une stratégie de « vie en communauté », en formant un biofilm.
Les bactéries dans un environnement hostile à leur développement sont souvent trouvées à l’état dit « planctonique », c’est-à-dire isolées, et ne se multipliant pas ou peu, car manquant de nourriture ou de points d’accroche. Mais lorsque ces bactéries atteignent un environnement favorable, elles vont alors former un biofilm, en plusieurs étapes :

Une adhésion réversible, grâce à des liaisons chimiques de faible intensité entre les cellules et la surface. Lors de ce stade, les bactéries peuvent être décrochées facilement.

Une adhésion irréversible (ou permanente) où les bactéries vont créer des molécules ligands et vont développer à leur surface des structures telles que les pili, sortes de poils permettant à la cellule de s’accrocher aux aspérités de la surface. Les bactéries sont alors ancrées à la surface et difficiles à déloger.

Après l’adhésion, les bactéries présentes à la surface se multiplient pour former des colonies et créer la « matrice » du biofilm. Les bactéries sécrètent des polymères, les exopolysaccharides, qui vont enrober l’ensemble des cellules pour former le biofilm en lui-même. Les bactéries vont alors pouvoir communiquer entres elles, se nourrir mutuellement et se protéger. Ainsi, le biofilm renforcé, va croître en conséquence.

Les dangers du biofilm

A l’état de biofilm, les bactéries sont donc nombreuses. Elles sont regroupées en un réseau dense protégé par une matrice polymère et peuvent communiquer, se nourrir et proliférer. On retrouve ces amas de microorganismes dans les zones les plus difficiles à nettoyer. Particulièrement sur des machines de production en agroalimentaires, sur les murs, les sols, les plafonds ou même derrière les robinetteries de nos salles de bains, sous forme de mucus noirâtre.

Les biofilms sont très difficiles à retirer d’une surface. Les bactéries sont ancrées, et protégées des attaques extérieures (désinfectants, antibiotiques) par la matrice du biofilm. De plus, plus le biofilm est vieux, plus il est important. Bien souvent, il est nécessaire d’avoir une action mécanique sur le biofilm pour le déloger. Il est donc sensé et important d’empêcher son développement en créant des conditions défavorables au développement bactérien, afin de s’éviter des situations de contamination difficilement contrôlables une fois le biofilm installé.

 

CONTACTEZ-NOUS POUR EN SAVOIR PLUS :

Envoyez-nous un message
Laissez-nous un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.