La norme JIS Z 2801, « à côté de la plaque » ?

Norme JIS Z 2801

Depuis 2012, on utilise la norme JIS Z 2801 pour caractériser l’activité biocide de surfaces « antibactériennes ». Mais est-elle réellement adaptée aux surfaces non-poreuses que l’on peut rencontrer dans les environnements de la santé ?

Qu’est-ce que la norme JIS Z 2801 ?

Quand un fabricant veut prouver que la surface de son produit possède des vertus antibactériennes, il doit actuellement se référer à la seule norme admise : la JIS Z 2801. Une norme japonaise, « Antibacterial products — Test for antibacterial activity and efficacy », créée en 2012 et traduite en ISO 22196. Elle a été conçue pour standardiser les mesures d’efficacité antibactérienne de plastiques non poreux ayant reçu un traitement biocide ou bactériostatique.

Son principe est le suivant : comparer des échantillons similaires (même taille, même état de surface), l’un étant un témoin, et l’autre une surface traitée. Les bactéries sont déposées à la surface de chaque échantillon, puis étalées de façon à être toutes en contact avec la surface, dans un milieu liquide qui ne doit pas sécher pendant les 24h que vont durer l’incubation.

Ce n’est cependant pas un test en conditions normales d’utilisation des matériaux. Il cherche plutôt à favoriser au maximum le développement bactérien, mais aussi l’action de certains biocides plus efficaces entourés d’eau. Telles que les nanoparticules d’argent, qui libèrent des ions argent sous l’effet de l’oxydation de leur surface.

Une norme inadaptée au quotidien ?

Dans les hôpitaux ou les environnements à hygiène contrôlée, les surfaces murales ne seront jamais imbibées d’eau, sans lumière. Une activité biocide décelée dans les conditions de test de la norme actuelle n’auront donc en réalité pas lieu d’être au quotidien, dans des conditions plus « dures » pour le produit biocide. Par exemple, les nanoparticules d’argent donneront de bons résultats avec la norme JIS Z 2801, réalisée en milieu humide, mais ne seront pas forcément efficaces dans un environnement sec.

La norme JIS Z 2801, comme expliqué précédemment, n’a pas pour vocation de tester des surfaces en conditions d’utilisations normales, et son application n’est donc pas réellement utile dans nombre de cas. Il faut savoir qu’elle a été créée au départ pour caractériser des pansements…

Une nouvelle norme en préparation

Des fabricants de surfaces biocides sont actuellement réunis autour de la table pour réfléchir à une nouvelle norme plus adaptée aux surfaces biocides non poreuses. Plus facilement interprétable par les fabricants et les clients, elle permettrait de savoir de manière claire si les substances actives présentes à la surface des matériaux permettent de tuer les bactéries en situation normale d’utilisation, et avec quelle efficacité. Cette nouvelle norme est prévue pour entrer en application fin 2018, nous ne manquerons donc pas de revenir sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.