Le composite résine plus fort que l’acier

Hygiene laboratoire bactérie panneaux composite résine

Le composite résine présente de nombreux avantages. Pourtant, dans les laboratoires et pièces de production, la très grande majorité des pièces sont réalisées en panneaux isothermes acier. L’avantage d’utiliser un tel matériau est le prix fourni/posé et le caractère préfabriqué des cloisons et murs porteurs.
Ces panneaux sont constitués pour la plupart de deux tôles d’acier laqué de 6/10e, soit 0,6 mm d’épaisseur.
Cependant, les inconvénients se mesurent entre 3 et 6 ans plus tard, selon les sites, et deviennent très vite réellement problématiques.

Les impacts sur l’acier favorisent les bactéries

Dès les premières années d’exploitation, les chocs répétés subis en production « pointent » la tôle d’acier. Ces impacts sont le début de la dégradation du panneau isotherme. Le creux crée une rétention d’humidité et les produits de nettoyages s’appuient sur cette première dégradation pour continuer le travail.
La surface du panneau se dégrade, la rendant impropre aux industries les plus exigeantes, car les creux et les trous sont des nids à bactéries. Ils déclenchent également le début de la rouille et la dégradation du panneau.

Le composite résine : un matériau plus résistant

En comparaison à l’acier, les panneaux composites résine résistent mieux aux chocs et autres agressions. En effet, le composite est constitué de résines et de renforts qui le rendent plus solide. Il n’a pas de mémoire de forme.
Cela ne signifie pas qu’ils résistent à toute épreuve, mais ils peuvent supporter des chocs supérieurs à l’acier.
Pour un responsable de production, cette différence de résistance permet de réduire les interventions de réparation ou de réfection des pièces de production.

Economiser en privilégiant la durabilité

Quand l’on connait les difficultés rencontrées pour organiser un arrêt de production, ou si l’on chiffre la non qualité, on comprend aisément les avantages du composite résine en production.
En repoussant les limites de la résistance, on constate aujourd’hui que des installations de plus de 10, 15 et même 20 ans, restent en bon état.
Il vaut donc mieux privilégier le bon choix dès le départ, pour récolter d’une part, une économie sur la durée mais aussi une sérénité quant à la conformité de son outil de production.

Pour aller plus loin

  • Article « Matériau composite » sur Futura Sciences
  • Vidéo « Exposition matériaux composites – cité des sciences et de l’Industrie »
 

CONTACTEZ-NOUS POUR EN SAVOIR PLUS :

Envoyez-nous un message
Laissez-nous un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.