La réduction bactérienne : explication de texte

Hygiene laboratoire bactérie prévention environnements à hygiene controlee

LQuand on parle des normes relatives à la désinfection ou aux surfaces biocides, le taux de diminution des microorganismes est souvent exprimé en « log ». Décryptons cette notion quelque peu abstraite.

Réduction bactérienne 

Dans la nouvelle norme NF S90-700, tout comme dans beaucoup d’autres normes touchant à la désinfection ou à l’antibactérien, on cherche à caractériser les effets bactéricides des surfaces ou produits en réalisant des dénombrements bactériens. On veut notamment déterminer combien de bactéries sont tuées durant un laps de temps donné par la norme (une heure, 5 minutes…), en réalisant un premier comptage « à T0 » c’est-à-dire avant application du produit antibactérien, ou au moment du dépôt sur une surface à propriété biocide, puis un deuxième comptage à « T1 » à la fin du temps déterminé par la norme. En comparant le nombre de bactéries entre T0 et T1, on peut calculer la réduction bactérienne.

L’échelle logarithmique

Quand on touche aux bactéries et aux microorganismes, les nombres deviennent tout de suite très grands : un être humain par exemple héberge cent trillions de bactéries (100000000000000). Ainsi, pour que les résultats des essais bactériologiques soient plus lisibles, on choisit de passer sur une échelle logarithmique en base 10, et cent trillions deviennent « 1014 » bactéries ou « log14 » (soit un 1 et quatorze zéros derrière). Dans le même esprit, la réduction bactérienne s’exprime en « log ». Quand on parle, dans la norme NF S90-700 d’une réduction de 2log en une heure, cela signifie « 100 fois moins en une heure », ou « 99% de bactéries éliminées en une heure ». Par exemple :

  • Réduction de 1 Log = division par 10 du nombre de bactéries = efficacité de 90 %
  • Réduction de 2 Log= division par 100 du nombre de bactéries = efficacité de 99 %
  • Réduction de 3 Log = division par 1000 du nombre de bactéries = efficacité de 99,9 %

Ainsi, si au départ, sur une surface donnée, on avait 100000 bactéries, une réduction de 2log en 1h permet d’aboutir à 1000 bactéries restantes.

Cette échelle logarithmique permet donc de simplifier la lecture des résultats, et cette notion simple est importante pour comprendre les enjeux des nettoyages et désinfections. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.