Joints de faïence : des nids à bactéries

Les joints de Faïence : qu'en penser au niveau de l'hygiène ?

La faïence est LE matériau de référence quand on parle de surfaces murales de cuisines professionnelles. Elle possède de nombreuses qualités, avec un prix très raisonnable. Cependant, elle est loin d’être exempte de défauts.

Qualités et défauts de la faïence

La faïence est un matériau que l’on retrouve très souvent en cuisine professionnelle. Plébiscitée par les restaurateurs pendant de nombreuses années, la faïence possède en effet de nombreux atouts .  Elle est facile à poser, peu onéreuse, possède une bonne résistance dans le temps, et se nettoie facilement grâce à la surface très lisse de ses carreaux : la rugosité de surface de ceux-ci est de l’ordre de quelques nanomètres.

Cependant, elle possède aussi des défauts manifestes. En premier lieu, la faïence résiste mal aux chocs, et son remplacement en cas de casse n’est pas aisé. Ensuite, et c’est ce qui nous intéresse présentement, elle induit la présence des joints de ciment, inhérents aux surfaces en faïence. Ces joints, qui permettent une pose facile des carreaux et une dilatation sans casse de l’ensemble, sont constitués de mortier. Ils deviennent très rugueux au séchage et forment des gouttières permettant à l’eau de stagner.

Les joints de faïence et les bactéries

Avec deux critères humidité et rugosité, les joints de faïence forment de véritables nids à bactéries. En effet, les microorganismes, s’ils n’adhèrent pas ou peu à la surface des carreaux de faïence, vont se retrouver lors du nettoyage poussés vers les joints. Ceux-ci sont pleins d’aspérités favorisant l’accroche bactérienne et leur permettant de se « cacher » de l’eau de nettoyage. Les bactéries se développent d’autant plus qu’elles sont en présence d’humidité, et des autres déchets qui sont eux aussi retenus dans les joints. On a donc tous les ingrédients favorisant un développement bactérien non souhaité et une potentielle contamination des aliments en contact avec ces joints.
Ces facteurs expliquent pourquoi, depuis quelques années, les restaurateurs se tournent vers d’autres solutions de revêtements muraux. Plus lisses et comportant le moins de joints possibles, pour une cuisine toujours facile à nettoyer sans risque de contamination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.