Tuer les bactéries ou empêcher leur apparition ?

Quelle lutte contre les bactéries ?

Quelle stratégie adopter dans la lutte contre les bactéries? Dans les laboratoires, les pièces de production et dans les univers où l’hygiène est indispensable ?
Faut-il faire la course à l’armement et prendre des risques ? Ou existe-t-il un moyen plus subtil et beaucoup plus efficace ?

Les indispensables protocoles de nettoyage dans les univers contrôlés

Dans la plupart des sites sensibles à l’hygiène – laboratoires de recherche, industrie pharmaceutique, industrie agroalimentaire ou activité en cuisine professionnelle -, il existe des protocoles de nettoyage. En effet, ils sont au minimum quotidiens, et pour certains exécutés plusieurs fois par jour. Les produits désinfectants appliqués sont tellement efficaces qu’ils détruisent les bactéries, bien sûr. Mais ils vont aussi jusqu’à dégrader les aciers galvanisés du bâtiment au fil des années. De plus, malgré ces protocoles, nous avons tous constaté des failles, même chez les plus grands. Les infections et contaminations peuvent se frayer un passage et causer des dégâts.
En ce qui concerne les surfaces des process, murs, sols ou plafonds, des solutions existent pour éloigner les dangers liés à l’hygiène. De nombreuses règles et normes existent telles que le HACCP, la marche en avant; les Bonnes pratiques en industrie pharma, en industrie agro; les audits IFS ou BRC.  Ces dernières contribuent à faire progresser les laboratoires, usines et univers de la santé, dans la lutte contre les infections et contaminations.

Les armes lourdes de destruction des bactéries

En parcourant les salons ContaminExpo, HopitalExpo, CFIA, IPA, etc, nous nous sommes habitués aux présentations commerciales de substances actives dans les matériaux qui détruisent les bactéries. En revanche, aucune marque n’invite ses scientifiques à répondre directement aux questions sur les stands d’exposants…
Pour les avoir testés, peu de produits s’avèrent être réellement efficaces. De plus, nous pouvons nous demander quel est l’effet des substances actives sur l’organisme.
Pouvons-nous prendre ce risque ?
Ce phénomène est connu des scientifiques depuis plusieurs années. Cependant le législateur est souvent très en retard pour émettre un avis.
On peut même aller plus loin et parler des problèmes de résistance des bactéries aux antibiotiques, des substances très utilisées dans les milieux de la santé. En effet, les bactéries exposées aux antibiotiques finissent par muter et développer des résistances à ces produits. Or ce sujet est déjà connu. Peut-on ramener ce constat aux substances actives ? Les scientifiques sont souvent au courant, mais, le marché et les différents acteurs sont-ils assez attentifs ?

Lutte contre les bactéries : la solution douce et très efficace

Et si l’on abordait le problème autrement ?
En s’intéressant à la façon dont les bactéries s’installent sur les surfaces et se développent, nous avons remarqué qu’elles ont au minimum besoin d’un recoin ou d’une accroche. Une autre façon de lutter contre elles serait donc de limiter les joints, les aspérités et la rugosité des surfaces.
Tous les matériaux ne sont pas égaux sur ce dernier point.  Effectivement, l’amplitude des rugosités de surfaces va de 30 à 300, voire 2 000 mm pour certains. Les aciers, les inox, les plastiques et autres composites ne sont pas aussi performants sur le plan de la lutte contre les bactéries. Certains matériaux sont tellement lisses qu’ils peuvent être qualifiés d’anti biofilm ou de bactériostatiques. Cette solution est passive donc totalement inoffensive pour l’homme et des prélèvements in situ montrent une importante différence dans le dénombrement bactérien, après nettoyage … de quoi satisfaire la demande des responsables qualité !

 

CONTACTEZ-NOUS POUR EN SAVOIR PLUS :

Envoyez-nous un message
Laissez-nous un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *