Faciliter le nettoyage : étude terrain

Hygiene laboratoire prévention bactéries faciliter le nettoyage

Pourquoi faciliter le nettoyage ? Dans l’article Quantité de bactéries sur vos murs : étude terrain, nous avons réalisé une étude visant à comparer différents matériaux présents sur les murs des environnements à hygiène contrôlée. Dans cet article nous évoquerons les différences constatées concernant la facilité de nettoyage de ces surfaces.

Quantité de bactéries : rappel de l’étude

Nous avons effectué une étude terrain consistant à réaliser des prélèvements bactériens sur les murs de différents laboratoires de production, en cuisine professionnelle, agroalimentaire et industrie pharmaceutique.

Le but était de comparer le nombre de bactéries trouvé, selon le type de surface murale, en ciblant 4 challengers : les surfaces inox, la faïence, les panneaux isothermes, et les plaques Arclynn.
Le PVC a été écarté de l’étude car sa porosité intrinsèque le rend sous-performant par rapport à ses concurrents.

Les prélèvements ont été réalisés sans nettoyage préalable, dans un premier temps. Et après un nettoyage avec une lingette d’eau stérile (nettoyage purement mécanique) dans un second temps. Cela nous a permis de comparer l’adhésion des bactéries aux surfaces, sans avoir un effet bactéricide des produits de nettoyage venant perturber les analyses.

Les résultats de l’étude nous ont tout d’abord amené à constater une réelle différence quant au nombre de bactéries relevé. Celui-ci diffère selon le surfaces visées, et se trouve être bien moins important sur les plaques Arclynn que sur les autres matériaux étudiés, avant et après nettoyage.

Nous souhaitons maintenant cibler un autre aspect de l’étude : la comparaison du nombre de bactéries avant et après nettoyage, pour chaque type de surface.

Des résultats parlants

Voici les résultats de l’étude, qui pour le moment n’a été finalisée que dans les cuisines professionnelles :

Hygiene laboratoire prévention bactéries schema comparatif nettoyage

 

On peut y lire les résultats suivants :

  • Une réduction de 95,5% des bactéries avant et après nettoyage sur les plaques Arclynn (soit, avant nettoyage, environ 8500 bact/m², et après nettoyage, près de 300 bact/m²)
  • 95% de réduction sur l’acier inoxydable soit avant nettoyage environ 24000 bact/m² sur l’acier inoxydable, puis après nettoyage 1000 bact/m² . Notons tout de même qu’en valeurs absolues, il y a trois fois plus de bactéries avant et après sur l’acier inoxydable que sur les plaques Arclynn.
  • 76% de diminution sur la faïence
  • 62% de diminution pour le panneau isotherme

On constate donc que les plaques Arclynn ainsi que l’acier inoxydable se nettoient bien plus facilement que les panneaux isothermes et la faïence, avec un avantage pour les plaques Arclynn. Le nombre de bactéries est cependant trois fois plus important sur l’inox, ce qui nous permet d’annoncer une bien meilleure performance globale des plaques Arclynn.

Faciliter le nettoyage pour limiter le nombre de bactéries

Quand l’on rapproche les deux principaux résultats de l’étude menée sur le terrain, on constate que les plaques Arclynn sont les surfaces qui limitent le mieux le développement bactérien, et qu’elles sont également les plus faciles à nettoyer. Il y a moins de bactéries sur les plaques Arclynn avant nettoyage, et le nettoyage étant plus efficace, ce matériau semble le plus à même de répondre aux exigences des environnements à hygiène contrôlée.

Privilégier un matériau qui permet de faciliter le nettoyage va vous aider dans votre lutte contre les bactéries.

Afin d’aller jusqu’au bout de notre étude, nous verrons dans un prochain article quel est l’impact de la rugosité des matériaux sur la prolifération des bactéries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.